Shah-i Zinda, Samarcande

Ce site est exceptionnel, que cela soit sur le plan architectural ou symbolique. Il convient de souligner que Shah-i Zindah (« roi vivant » en persan) est un mémorial dédié à la vénération de Qusam-ibn-Abbas, cousin du prophète Mahomet.

Mosquée DavlatKouch Begi (1813)

Après avoir passé le portail, à droite se trouve la mosquée-madrasa.

Mausolée octogonal

Datation

Mausolée - mosquée du cousin de Mahommed

Item content. Click the edit button to change this text.

Mausolée de

Item content. Click the edit button to change this text.

Portail d'entrée

Shah-i Zinde constitue un ensemble de mausolées qui résument l’évolution de l’architectonique et de la décoration architecturale en Asie centrale aux XIVe et XVe siècles. Située à Afrasyab, à la limite de la Samarkand médiévale, cette nécropole a commencé à se constituer à proximité de la tombe que l’on pense être celle de Qusam ibn ‘Abbas (XIe ou XIIe siècle).

De cette époque subsistent la gur-khana de Qusam, un petit minaret, une frise en bois sculpté et des vestiges de mausolées, de chambres funéraires et de madrasa enfouis dans le sol. Après la destruction en 1220 de Samarkand par les Mongols, la nécropole fut laissée à l’abandon, et les constructions ne reprirent qu’à la fin du XIVe siècle, le long de la voie qui descendait d’Afrasyab vers le sud. Les Mongols respectèrent ce culte “ à cause des miracles dont ils étaient témoins “, nous dit Ibn Battuta en 1335.

Le monument funéraire connaît un grand développement à la fin du XIVe s. en Asie centrale. Sa structure est carrée et surmontée d’une double coupole, posée sur un tambour, avec un portail.

La nécropole présente différents style, représentant la période de Tamerlan et celle de son successeur Ulugh Beg.

Selon les chroniques arabes, Qutham Ibn Abbas, cousin de Mahomet, lui ressemble de visage et de caractère (selon un hadith inscrit au dessus de l’entrée du sanctuaire.
Qutham serait passé en 676 en Sogdiane, accompagnant les premiers conquérants arabes. Il aurait été décapité par des infidèles lors de la prière du vendredi. Il aurait recueilli sa tête et serait descendu sous terre par un puit (non localisé). Il y serait encore et c’est pour cette raison que l’on appelle ce site , le « roi-vivant »

1334-1372

 

Far far away, behind the word mountains, far from the countries Vokalia and Consonantia, there live the blind texts. Separated they live in Bookmarksgrove right at the coast

Photos de Shah-i Zinda

Le Régistan, Samarcande